Member News

SOUNZ: A look back at 2016

SOUNZlogo

SOUNZ Executive Director Diana Marsh looks back at the year...

Dear Friends,

With our second year in Creative New Zealand’s Toi Tōtara Haemata arts leadership programme coming to an end, I am again excited and impressed by the contribution our funders, partners, staff and supporters have made to New Zealand music being heard wide and loud.

Read More

IMZ Customer Newsletter January 2017

imzYour monthly update on performing arts releases,
live streams, previews and specials - directly from the producers. Brought to you by the IMZ International Music + Media Centre, the international business network promoting performing arts through audiovisual media.

Read More

ECSA position paper on draft copyright directive

ECSA logoThe draft copyright directive published this autumn by the European Commission was welcomed by ECSA as a first step in the right direction. The ECSA board of directors sets out a more comprehensive feedback on behalf of the community of European music creators in a new position paper.

Read More

 

PFI: Pour le soutien aux politiques culturelles en Ile-de-France

PFI New

Après la fermeture de Culture O Centre en 2016 et la liquidation en cours du Transfo en Auvergne, ce sont plus de 70 emplois et les missions portées par les organismes associés de la Région Ile-de-France qui sont aujourd’hui menacés de disparition.

La Plate-forme interrégionale (PFI) regroupe 16 structures régionales (agences régionales du spectacle vivant et missions voix), véritables espaces d’expérimentation qui agissent de manière structurante dans la mise en œuvre des politiques publiques de la culture, en appui des collectivités territoriales, en particulier des régions, en faveur du développement et de l’aménagement culturel des territoires.

Dans un contexte de profondes mutations et de réorganisation des territoires, la PFI tient à rappeler son attachement à la nécessité d’assurer la continuité de ces missions et de ne pas perdre les compétences et savoir-faire acquis au fil des ans.

Nous attirons l’attention de tous – élus, collectivités territoriales et responsables culturels – en particulier sur les coopérations existant entre les structures régionales en matière de mutualisation des compétences et des ressources, de conseil et d’accompagnement des artistes, des enseignants et responsables des pratiques artistiques amateurs, ainsi que des porteurs de projets, notamment au travers de dispositifs infra et interrégionaux.

Ces partenariats sont le fruit de nombreuses années de collaborations et d’un savoir-faire auquel l’ARIAM (une des toutes premières agences régionales) et ARCADI ont pris une part importante, tant au niveau régional, au bénéfice des acteurs culturels et de nombreuses collectivités du territoire, qu’au niveau interrégional, au travers des coopérations initiées par ces structures ou auxquelles elles ont pris part sur l’ensemble du territoire national.

La baisse, voire l’arrêt, de la subvention régionale pour les agences de la région Ile-de-France nous apparaîtrait comme l’expression d’un appauvrissement culturel du territoire et, à ce titre, très préoccupante. Nous sommes convaincus de la nécessité de pérenniser des outils et des services proposés aux acteurs culturels et au public par les organismes territoriaux pour créer des synergies et des dynamiques collectives et accompagner les collectivités dans la mise en œuvre des politiques d’aménagement culturel des territoires.

Anne-Marie Jean, Présidente

Being a Musician is a Human Right

fmcjpg

The Finnish media have recently reported about a musician who applied for asylum in Finland and got a negative decision on grounds that he should change his profession in order to survive in his home country. The Finnish Music Council cannot accept the outrageous argumentation of the decision on refusal of entry, made by the Finnish Immigration Service.

In the decision, the Finnish Immigration Service (Migri) takes it as a fact that the person concerned has been persecuted and assaulted in his home country due to the profession of musician. The decision states that it is not taken as a fact that the person concerned would be threatened in the future, provided that he relinquishes the profession of musician. The decision states that the musician's profession is not an innate, unchangeable or otherwise essential characteristic for a person’s conscience or the realization of their human rights.

The Finnish Music Council (FMC) finds the argumentation of the decision in fundamental contradiction with human rights. Migri requires that the musician, when returning to his home country, submits to oppression and deprivation of the freedom of expression in order to survive, and looks for another job that does not threaten his life.

The logic of the decision is hard to understand. The required sacrifices hit at the heart of the person's conscience and human rights. The musician is required to give up on crucial human rights in order to survive and to enjoy the remaining, restricted human rights. If the logic of the decision was followed across the board, it would eliminate the need of the institution of asylum.

The solution offered in the decision might well be the only way for the musician to survive, if he was forced to return to his home country. But as the content of an authority's decision it does not stand up to scrutiny, especially from the perspective of human rights. The requirement of relinquishing a profession repeats the same restriction of the freedom of expression and human rights, that the musician has faced in his home country.

FMC finds it essential not to require persecuted artists to relinquish their profession. A civilized state should advocate human rights and freedom of expression.

Cotonou : Festival des Meilleurs Instrumentistes d'Afrique 2016

Le sacre de plusieurs talents du continent

La 3è édition du Festival des Meilleurs Instrumentistes d'Afrique (MIA) a démarré le samedi 26 Novembre sur l'esplanade du stade de l'amitié « Général Mathieu Kérékou » de Cotonou et ce jusqu'au 04 Décembre 2016.
A l’issu des compétitions entre orchestres nominés, plusieurs instrumentistes talentueux ont été sacrés meilleurs dans leurs catégories, ainsi que les icônes à qui des hommages dus à leur rang ont été rendus. Décryptage !

Paco Séry de la Côte d’Ivoire et Danialou SAGBOHAN du Bénin. Voilà les deux artistes instrumentistes dont les palmarès respectifs riches et élogieux ont séduit le comité de sélection de la 3è édition du festival des meilleurs instrumentistes d’Afrique.
L’occasion a été offerte au festival de dresser le tapis rouge à chacun d’eux qui ont marqué de leur présence les cérémonies d’hommage organisées à leur intention.
A l’ouverture officielle, le dimanche 27 Novembre 2016, c’est le phénoménal Paco Séry de la Côte d’Ivoire, qui a eu le privilège d’être honoré et de faire son show devant le public. « Je suis très content d’être honoré en terre africaine. Je me considère désormais comme Ambassadeur du festival MIA partout dans le monde », a-t-il fait entendre avant d’exprimer sa grande émotion à travers sa batterie avec des frappes à couper le souffle. Le public en liesse ne cesse de s’exclamer : « c’est mortel, il est grand, unique dans son genre ». D’ailleurs, à la fin de la soirée, ce public affecté n’avait de la peine à retrouver le chemin retour.

D’un hommage à un autre, la réalité fut la même à la « Grande Nuit des Orchestres d’Afrique », le samedi 03 Décembre 2016. Public en liesse, standing ovation, des cris de joie et hurlements de plaisir. Voila l’ambiance, qui a prévalu à l’occasion de l’hommage à la seconde icône de la musique africaine en la personne de Danialou SAGBOHAN du Bénin. « Voilà l’un des projets à soutenir, car le festival MIA reconnait et célèbre le mérite des artistes de leur vivant. Je suis très, très émus et je remercie tous ceux qui ont œuvré pour la réalisation et la réussite de cet événement » s’est exclamé le second récipiendaire de la catégorie hommage de la troisième édition du festival MIA.

En dehors de Paco Séry et de Danialou SAgbohan, deux autres instrumentistes et un orchestre ont démontré aussi leur talent devant les membres du jury, présidé par Maitre Adépo YAPO, Vice-president exécutif du Conseil Africain de la Musique, entrant ainsi dans le palmarès élogieux du festival MIA 2016. Il s’agit de Kayefi OSHA du Nigéria avec le trophée MIA de la catégorie « meilleur vocaliste ». De son côté le Ghanéen Abraham AWOAH, décroche le trophée MIA du « Meilleur batteur » donnant le privilège à l’orchestre Béninois « Assiki groupe » de se faire attribuer le trophée MIA de la « meilleure composition 100% live ».

En marge des soirées concerts de la programmation off et des concours, le festival MIA a conduit les festivaliers venus du Bénin, du Burkina Faso, du Congo Brazzaville, de la Côte d’ivoire, et du Ghana à une réflexion autour du thème : « Développement de l’industrie culturelle : la nécessaire professionnalisation des différents corps de métiers ».
En passant en revue les différents corps de métiers qui nourrissent l’industrie musicale, le communicateur, qui n’est personne d’autre que Maître Adépo YAPO, ethnologue et vice-président exécutif du Conseil Africain de la Musique, a insisté sur le fait que « tous les métiers de la musique, exigent des compétences professionnelles avérées acquises au prix d’efforts d’apprentissage auprès d’un maître ou dans une école spécialisée. »
Plus loin, il a indiqué que « le secteur musical étant dynamique tant au niveau des activités des acteurs qu’au niveau de la demande du public, un corps de professionnels s’impose dans chaque filière afin de proposer des produits culturels répondant aux normes de la qualité. »

La troisième édition du festival des Meilleurs Instrumentistes d’Afrique, comme aux éditions précédentes n’a pas souffert de l’appui incontestable du Conseil Africain de la Musique et du Conseil Béninois de la Musique. Cette année le Conseil Béninois de la Musique avec l’implication de son Président Prosper GOGOYI, a assuré l’animation du Salon de la logistique événementielle et de l’audiovisuelle, un espace ouvert pour les différents corps de métiers de l’industrie musicale.

En joignant l’utile à l’agréable, le comité d’organisation a innové en conviant les festivaliers à une immersion touristique dans la ville historique de Ouidah, le temps de la découverte des richesses patrimoniale de ladite ville, porte d’entrée des négriers, auteurs du commerce hideux des esclaves.

Une étape nécessaire pour chacun de retrouver ensuite le chemin retour, ce qui ferme les rideaux sur la troisième édition du festival des meilleurs instrumentistes d’Afrique dont le promoteur Edgard DJOSSOU et son équipe peuvent se féliciter de son succès éclatant.

Sessi TONOUKOUIN

The REMA Awards

rema logo

An annual award for outstanding artists and projects that contributed significantly to the early music movement.

Read More

Zebrock Newsletter 12/2016

ZebrockAlors que vous lisez ces lignes, Thomas Pasquet tourne au-dessus de nos têtes et nous envoie les images sublimes de notre planète. Il réalise notre rêve à tous et nous dit qu'elle est belle. A quoi pense-t-il quand il la contemple ? Se demande-t-il comment la préserver, en faire un havre de paix, d'entente et de coopération ? Lire la suite

Celebrate Early Music across Europe!

rema logoWith concerts and a whole host of other events taking place simultaneously throughout Europe (and in some cases broadcast online), 21 March 2017 is set to be a huge celebration of Early Music, as well as a fantastic opportunity to promote an incredible musical heritage!

Want to take part? All suggestions and initiatives welcome!

Read More


Share |

Additional information

This website uses Google Analytics. Google will not associate your IP address with any other data held by Google. You may refuse the use of cookies by selecting the appropriate settings on your browser. Read More